Daniel Van Cutsem : profession aquafortiste

Longtemps considérée comme un art mineur, la gravure connaît depuis quelque temps un regain d’intérêt auprès d’artistes qui découvrent le champ étendu de ses possibilités et lui " rendent " ainsi ses lettres de noblesse; Daniel Van Cutsem est de ceux-là que le tempérament attire sur les voies de l’oeuvre gravée, et plus particulièrement de l’eau-forte. Il en a fait une véritable profession et n’hésite pas à résumer en un mot sa " vocation " : aquafortise.

Les quelques quarante gravures exposées au point central relèvent en effet toutes ce cette technique : l’eau-forte ou gravure à l’acide. Entièrement autodidacte, Daniel Van Cutsem après quelques travaux au crayon et à la plume s’est rapidement tourné vers cette technique vieille comme le monde qui devait résumer ses désirs.

Un travail fini

Artisan oui, au moins autant qu’artiste car l’oeuvre d’art pour Daniel Van Cutsem, doit être un tout, un travail " fini ". Aussi il participe à l’élaboration de son papier en levant la pâte, procède au mélange des huiles et des pigments pour réaliser son encre et fabrique lui-même son vernis.

La feuille nous dit-il, n’a que deux dimensions. Tracer simplement quelques traits sur une plaque et les reproduire sur le papier ne m’intéresse pas. Il faut créer d’autres dimensions. En participant au travail du début à la fin, je fais ainsi complètement oeuvre de création. Et c’est ainsi que l‘émotion passe.

Participer au travail jusqu’au dernier stade, c’est aussi mettre en valeur l’oeuvre terminée, par l’encadrement. Le moins que l’on puisse dire est donc que Daniel Van Cutsem ne laisse rien au hasard. La " création " est un tout ou ne l’est pas.

Le Souffle de la poésie

Le trait est enlevé avec une rare maîtrise, les couleurs se fondent ou se superposent selon les techniques diverses. Bien que ces oeuvres soient étalées dans le temps, une constante se dégage cependant : le souci de faire passer une émotion. A travers ces paysages belges, français ou ceux qui appartiennent à l’imaginaire, à travers de vieilles bâtisses abandonnées, passe le souffle, de la mélancolie, du temps qui va son chemin. L’émotion est là, c’est certain, qui est aussi une manière de poésie.

avril 1984 extrait journal L’UNION Charleville-Mézière
  RETOUR

Copyright 2002 - Daniel VAN CUTSEM

Tous droits réservés pour tous les pays.
Les oeuvres présentées sur ce site sont la propriété de Daniel VAN CUTSEM
Ils ne peuvent être ni copiés, ni modifiés, ni vendus, ni utilisés sous quelque forme que ce soit
Sans la permission écrite signée par l'auteur